dimanche 23 novembre 2008

Paroles d'ex-flics : l'outrage, le signe évident d’une erreur de comportement policier

Eric YUNG, producteur à Radio France, bien connu des auditeurs de France Inter où il anima l’émission Philantropolar, a été policier pendant 8 ans. Il a raconté son expérience dans un livre édifiant, La tentation de l’ombre (le cherche-midi). Voici ce qu'il déclare au CODEDO: "Au début des années 70, dans le cadre de la formation professionnelle des gardiens de la paix de la Préfecture de Police, effectuée au CAPU (Centre d'apprentissage des policiers en uniforme) à Vincennes, les professeurs (policiers de tous grades: brigadier, brigadier-chef, officier) enseignaient aux élèves que l’outrage fait à un agent de la force publique était un signe évident d'une erreur de comportement du policier. A l'époque, les professeurs insistaient sur le fait que dans une carrière, "un policier pouvait être victime une fois d'un outrage mais que si, durant cette même carrière, il usait souvent de cette infraction pour faire valoir son autorité, il devait s'interroger sur son propre comportement vis-à-vis des personnes qu'il interpellait". Un enseignement si souvent répété, ajoute Eric Yung, que les formateurs soulignaient aux élèves gardiens de la paix que
 l’administration n'aimait pas beaucoup voir venir dans leurs bureaux des procédures d'outrage, et que la répétition ce celles-ci pouvait influencer défavorablement la note annuelle d'appréciation du formation du fonctionnaires.

N'en déplaise aux syndicats-maison, embourbés dans une rhétorique/langue de bois corporatiste, les temps ont bien changé, et la tentation de l’outrage est devenue (comme le tutoiement systématique et le comportement "cow-boy" des BAC) une seconde nature chez beaucoup de policiers (et, de plus en plus, de gendarmes). Ainsi qu'en témoigne Jamel BOUSSETA ex-CRS radié de la police pour non-respect du devoir de réserve après avoir écrit un livre très critique sur l'institution (Jamel le CRS, révélations sur la police de Sarkozy, éditions Duboiris), livre qui lui valut d'être tabassé par ses ex-collègues… Voici ce qu'il déclarait sur Canal+ lors de l'émission Dimanche+ (23/11/08): "Il y a des collègues qui sont des professionnels de l'outrage-rébellion et de la provocation!" Rappelons que les policiers ont la possibilité de se porter partie civile et de réclamer des dommages-intérêts aux personnes qu'ils poursuivent (ce dont ils se privent de moins en moins, même si les sommes en jeu sont modestes).

1 commentaire:

outrageur condamné a dit…

Merci à Eric et à Jamel d'avoir brisé cette loi du silence. Nous attendons la même chose de la part de gendarmes.