lundi 24 juillet 2017

Assa Traoré à "Basta !" : "La France a besoin d'une belle révolution"

Il y a un an, le 19 juillet 2016, Adama Traoré décédait lors de son interpellation par la gendarmerie. Depuis, sa famille, ses amis et leurs soutiens se mobilisent pour établir la vérité et obtenir justice, malgré la violence des attaques dont ils font l’objet. Leur combat rassemble bien au delà de Beaumont-sur-Oise (Val d’Oise), devenant un symbole de la lutte contre les violences policières et, au delà, contre un ordre social inégalitaire et oppressif. Dans un entretien avec Thomas Clerget sur le site BastamagAssa Traoré, l’une des sœurs d’Adama, revient sur cette lutte, sur la nécessité d’organisation des quartiers populaires, ou encore sur les rapports entre l’État et la jeunesse du pays.

mercredi 12 juillet 2017

Pétition pour la suppression du défilé militaire du 14 juillet

Dessin de André Claudot
"Le jour du 14 juillet
Je reste dans mon lit douillet
La musique qui marche au pas
Cela ne me regarde pas."
Georges Brassens

Pour signer cette pétition contre l'obscène défilé militaire du 14 juillet (cette année en présence de Donald Trump), lancée à l'initiative d'Alain Refalo, citoyen de Colomiers, cliquez ici.

mercredi 5 juillet 2017

La contre-expertise qui confirme la mort par asphyxie d’Adama Traoré et les mensonges du procureur Jannier

Les résultats de la contre-expertise demandée par la famille Traoré viennent de tomber, nous annonce Le Parisien, contredisant l’affirmation de Yves Jannier, procureur de la République de Pontoise au moment des faits,  selon laquelle Adama Traoré, mort le 19 juillet 2016 lors de son interpellation par les gendarmes à Beaumont-sur-Oise (Val d’Oise) « souffrait d'une infection grave ».
« L’ensemble de ces contestations permet de conclure que la mort de M. Adama Traoré est secondaire à un état asphyxique aigu, lié à la décompensation – à l’occasion d’un effort et de stress », observent les deux experts dans leurs conclusions.
Le procureur Jannier, qui avait avancé une « absence de traces de violences », a donc menti. La famille Traoré pourrait saisir le Conseil de la Magistrature afin qu’Yves Jannier, nommé depuis avocat général près de la Cour d'appel de Paris, soit sanctionné pour ses déclarations contraires à la vérité, destinées à couvrir les mensonges des gendarmes responsables du décès d'Adama Traoré.
Yves Jannier, le magistrat qui ment pour couvrir les gendarmes
On lira avec intérêt ce papier ironique de Franck Johannès dans Le Monde, à l’époque de la nomination du procureur Jannier à Pontoise, en octobre 2012. Dans son article, le journaliste rappelle les propos tenus sur son blog par un autre journaliste taxant Yves Jannier de « "fidèle" serviteur de la Chancellerie, réputé pour estimer le plus souvent qu'il est urgent de ne rien faire ». Et dont la probité ne semble pas être le souci cardinal, comme le rappelle ce blog sur Mediapart à propos d’une autre affaire, datant de 2013.