dimanche 20 janvier 2019

Comme un bruit qui court, France Inter : retour sur 5 ans de maintien de l’ordre à la française

Alors que certains syndicats policiers réfutent encore le concept même de violences policières, l’obstination de tous ceux qui comme David Dufresne recensent les cas filmés d’abus a réussi à imposer cette semaine le débat sur l’usage de la force et les méthodes déployées vis-à-vis des Gilets Jaunes…
Analyse dans l’émission Comme un bruit qui court, avec Giv Anquetil, Antoine Chao et Charlotte Perry.

samedi 19 janvier 2019

Mutilés par des grenades ou des tirs de LBD, ils racontent comment leur vie a basculé

À lire sur le Parisien.

Céline Roy, "gilet jaune" à Vesoul, poursuivie pour outrage

Céline Roy, ex-“leader” des Gilets jaunes (mouvement qu’elle a quitté depuis), mise en garde de vue le 15 janvier, est convoquée le 29 janvier devant le tribunal de Vesoul. Elle avait déjà été condamnée à deux mois de prison avec sursis et 800 € d’amende pour avoir participé à des blocages de train.
Le chef d’accusation ? Outrage à personne dépositaire de l’ordre public (en l’occurence, le préfet de Haute-Saône).
Le délit ? Avoir déclaré dans une vidéo publiée sur sa page Facebook (depuis dépliée), lors d’une opération de démantèlement d’un rond-point : Que tous mes amis qui sont potes avec le Préfet et qui sont sur mon Facebook lui dise d'aller se faire enculer !”
On rappellera que sont potentiellement constitutifs du délit d’outrage des paroles ou des gestes non publics (ce qui n’est pas le cas des propos reprochés à Céline Roy, diffusés dans une vidéo).

mercredi 16 janvier 2019

Affaire Cesare Battisti, mensonges à l’italienne : ce que les médias ne disent pas

Cesare Battisti vient d’être arrêté en Bolivie et aussitôt extradé en Italie (le terme exact serait plutôt “enlevé”, cette exfiltration, arrangement entre deux États fascistes, le Brésil de Bolsonaro et l’Italie de Salvini, avec la complicité du président bolivien Morales, ne respectant ni les règles du droit bolivien, ni celles du droit brésilien). Il vient d’être incarcéré dans une prison de haute sécurité en Sardaigne, normalement réservée aux “musulmans radicalisés”, où il sera à l’isolement complet pendant six mois.
À lire sur le sujet :
* Un article de L’Autre Quotidien paru en 2014, qui remet les pendules à l’heure dans cette affaire où la vie d’un homme qui a toujours clamé son innocence est jetée aux chiens du fascisme, sous l’œil méprisant, parfois délecté, de certains médias et journalistes, tel le sieur Eric Naulleau.
Cesare Battisti, les coulisses obscures, de Carlos A. Lungarzo (éditions Viviane Hamy).
Ce que les médias ne disent pas, article de Lundi.matin reprenant un texte écrit en juin 2004 par le collectif d’écrivains italiens Wu Ming, au moment où la polémique sur l’extradition de Battisti par la France battait son plein.
* Cesare Battisti, les enjeux d’une extradition, par José Bové, député européen.

En Macronie, écrire ses doléances peut conduire devant les services du Renseignement

C’est l’histoire de Jacques, un retraité de Mériel (Val d’Oise) qui réfléchit et aime débattre. Il ne fait pas partie des Gilets jaunes mais ça l’intéresse et il a lui aussi des choses à dire. Il prend donc sa plume pour écrire quatre pages de doléances, qu’il envoie à la préfecture du Val d’Oise. Quelques jours plus tard, il reçoit la visite de deux agents des services du Renseignement, qui l’interrogent pendant une heure et demie.
La suite dans Le Parisien.

samedi 12 janvier 2019

2019, année des foules haineuses avides de sang neuf

"Trop de Français n’ont pas le sens de l’effort, ce qui explique en partie les “troubles” que vient de connaître le pays." Emmanuel Macron.
.
En réponse à cette énième insulte du chef de l'État le plus répressif de la Ve République (et le plus répressif qu’on ait eu depuis la Commune de Paris, abstraction faite de la période de l’Occupation nazie), le webmestre du présent site prend la plume pour présenter ses vœux.

Sacrifions à l’usage de la classique carte de vœux (hélas, souvent pieux niveau pépettes, la vie restant, pour la plupart d’entre nous qui gagnons des clopinettes et tirons par la queue ce pauvre diable qui ne nous a pourtant rien fait, un bon gros sac à emmerdes à côté duquel le tonneau des Danaïdes ressemble à une flaque de lait lappée par un chat famélique) pour émettre pour l’an 2019 le vœu de toute évidence et de première nécessité que voici :
.
Que les femmes éviscéreuses de poulets illettrées de Bretagne, les Gaulois réfractaires, les cyniques gascons, les sans-chemises, sans-culotte, sans-pantacul, sans-cervelle et sans-logis, les fainéants qui traversent la rue pour aller au bistrot et s’arriment au zinc avec le poil de la main qui leur sert de canne pour ne pas être tentés de faire un crochet par Pôle Emploi, les flatulents obèses qui veulent tout faire péter (mot prononcé par Macron au réveillon, je le tiens de mon cousin Jean-Pierre Rebouxcuistot à la chiourme des légionnaires au Tchad ; au dernier moment, l’expression « flatulents obèses qui veulent tout faire péter », qui allait valoir au président mal loti de s’aliéner les armées de piliers de fast-food buveurs de coca-cola, non encore entrés en jacquerie, n’a pas été retenue pour son allocution [comme le chante Thiéfaine, quand la banlieue descend sur la ville, ça peut faire très mal…], les gens errant dans les gares qui ne sont rien et confondent (on ne le dit pas assez) le buffet et la huche, la droite et la gauche, bâbord et tribord, la glotte et l’épiglotte, l’épithète et l’épigastre, le cuit et le cru, Rollmops et Rolex, les alcooliques consanguins du Ch’nord, les qui têtent les moules à sec au bouchot, les qui se lavent les cheveux au houblon pour ne pas engraisser la famille Dop, les qui ont appris (et oublié) l’or-tôt-graphe dans les nouilles-alphabet, les qui ont une ardoise longue comme le Pas-de-Calais chez Mamie Coop, les qui se grattent le fondement avant de dire un bon mot, les qui réveillonnent dans les poubelles de Courtepaille, les gilets jaunes, casseurs de radars, liquidateurs de péage, brûleurs de pneus, résilieurs de préfectures, caillasseurs de gendarmes, pétanqueurs de CRS, les qui font griller la merguez au rond-point de la ZA des Acacias ayant occasionné 10.000 euros de pots-de-vin, les qui ne dépassent pas le 80 à l’heure pour assécher les caisses de l’État, les qui ne l’auront pas volé si la clique à Le Pen arrive au pouvoir, les Guyanais anti-orpailleurs infoutus de traverser l’Atlantique pour se poser sur la carte de not’beau pays, les qui n’ont jamais vu une cravate de leur vie, portent des chandails troués et gardent le même tee-shirt une semaine de rang sur les ronds-points, les brûleurs d'effigie du petit foutriquet amiénite, les cyniques, les sceptiques, les irradiés, les plaintifs, les irresponsables, les pov'cons (il serait fâcheux d’oublier que la voie du mépris macrogneux pour le bas-peuple fut tracée par Nicolas de Nagy-Boçsa-d’Entre-les-Boues, les sans-dents qui boivent le Flamby à la paille, et toutes celles et ceux qui s'en prennent plein la gueule pour pas un rond dans les manifs, se faisant tirer comme des lapins, crever les yeux, arracher les mains, casser les os et les pieds, insulter, menacer, mettre en joue, j’en passe et des pires…, pour émettre le vœu, dis-je, que toute cette petite canaille de foules haineuses, goules glaireuses et boules nerveuses, dégagent le paltoquet au cerveau rothschildien de son petit palais…
Après, ça ira (forcément) déjà un peu mieux !

82 Gilets jaunes blessés graves, une enquête réalisée par le collectif “Désarmons-les !”

Éclats de grenade, brûlures, membres arrachées, retour sur 82 blessures graves infligées aux ”forces de l’ordre” à leurs victimes via des tirs de LBD (lanceurs de balles de défense), grenades GLI-F4 de désencerclement, coups directs, grenades lacrymogènes, canon à eau.
Cet article à lire dans Libération s’inspire d’une enquête effectuée par le collectif contre les violences d’État Désarmons-les !
Présentation des armes des forces de l’ordre. Désarmons-les !

"Gilets jaunes", des violences policières jamais vues, une interview de David Dufresne

Le journaliste indépendant David Dufresne recense les violences policières depuis le début du mouvement des gilets jaunes. Invité d’Aude Lancelin sur site Le Média, il revient sur l’intensité inédite de la répression policière subie par les gilets jaunes.
Interviewé par L’Obs, il déclare : “La police s’est enfermée dans une logique d’escalade et d’affrontement.”

Gilets jaunes : 4570 personnes placées en garde à vue en un mois, un triste record

Le mouvement des gilets jaunes bat tous les records en nombre d’interpellations, de personnes déférées en justice et de peines de prison ferme. Si l’arrestation et le placement en garde à vue le 2 janvier d’Eric Drouet, l’un des leaders du mouvement, ont été très médiatisés, loin des caméras, détentions et sanctions pleuvent. En un mois, du 17 novembre au 17 décembre 2018, 4570 personnes ont été placées en garde à vue (1567 à Paris et 3003 en région), selon les chiffres du ministère de la Justice révélés le 3 décembre par RTL. 697 comparutions immédiates ont déjà eu lieu, pendant que 825 dossiers ont été classés sans suite.
A Paris, sur 214 comparutions immédiates, vingt-six peines de prison ferme ont été prononcées avec mandat de dépôt, ce qui signifie que les personnes condamnées ont été directement incarcérées. Dans les autres régions, 483 comparutions immédiates avec 190 mandats de dépôt ont été recensées. Des centaines d’audiences sont encore prévues dans les prochaines semaines. (…)
La suite de ce papier sur le site BastaMag !

vendredi 11 janvier 2019

La grande manipulation (à propos de la répression des “Gilets jaunes”), un article du site Jim Le Pariser

Cette fin d’année 2018, La Grande bouffe, le film orgiaque de Marco Ferreri ayant fait scandale au Festival de Cannes en 1973 montrant des convives se gavant jusqu’à la garde, s’est fait voler la vedette lors des deux réveillons par une mauvaise série B sur fond de psychose et de propagande digne d’un régime que ceux qui se font gazer et flashballer sur les Champs Elysées depuis un mois pourraient qualifier de “fascisant”.
En ce début 2019, la France est coupée en deux : les grandes villes souhaitant que “ces gens là” s’arrêtent et des départements comme l’Eure, où le gilet jaune s’affiche sur les tableaux de bord des voitures, outil indispensable à ces Français qui n’ont pas les moyens d’habiter les centres villes et se lèvent aux aurores pour enfiler les kilomètres entre déposer la petite à l’école, le grand au lycée et aller offrir son cerveau ou ses bras pour un SMIC. (…)
 La suite de cet article de Lætitia Monsacré est à lire sur le site Jim Le Pariser.
Interview de Lætitia Monsacré

Pétition pour l’amnistie des “Gilets jaunes”

Ils n’étaient pas venus à Paris, Bordeaux, Toulouse, et tant d’autres villes, pour en découdre avec les forces de l’ordre. Ils étaient venus pour défendre leurs vies menacées, dégradées par la précarité, mises en joue par un pouvoir prêt à faire les poches de leurs parents retraités comme de leurs enfants étudiants, afin de valoriser le patrimoine financier des plus riches. Ils étaient venus pour protéger leurs droits fondamentaux, et aussi une certaine conception de la justice sociale, qui a longtemps fait l’honneur de la France.
La stratégie de la tension, délibérément choisie par le pouvoir, ne leur a pas laissé la chance d’une protestation pacifique. Gazage, nassage et brimades en tout genre, puis au fil des semaines, matraquages, tirs de flashballs et grenades mutilantes, pour la première fois de leur existence, beaucoup de « Gilets jaunes » ont été confrontés à des brutalités policières indignes d'une démocratie, que des organisations comme Amnesty international ont elles-mêmes dénoncées.
On ne compte désormais plus le nombre de manifestants, au casier vierge, mis en garde à vue, condamnés en comparution immédiate, ou aujourd’hui en instance de jugement. Certains connaîtront la prison, qui détruit, qui humilie. D’autres ne retrouveront jamais d’emploi. Un grand nombre d’entre eux verront leurs vies brisées à jamais. Nous ne pouvons accepter qu’une protestation contre une politique massivement rejetée par la population détruise ainsi des êtres pris pour boucs émissaires. Nous ne pouvons accepter qu’un pouvoir, qui a sciemment fait le choix de la confrontation, se serve d’eux pour intimider tout un peuple. Nous ne pouvons accepter l’idée d’une vengeance d’Etat.
C’est pourquoi nous appelons le président de la République, Emmanuel Macron, et son Premier ministre, Edouard Philippe, à mettre à l’ordre du jour une loi d’amnistie en faveur des hommes et des femmes aujourd’hui persécutés, mis en examen, ou détenus pour avoir participé à ce mouvement social d’ampleur historique. C’est pourquoi nous appelons dès aujourd’hui à l’arrêt des procédures en cours, à l’effacement des peines prononcées, et à ce qu’une réponse enfin politique, et pas seulement sécuritaire et judiciaire, soit donnée aux événements hors du commun que la France est en train de vivre. Une telle amnistie est prévue par l’article 133-9 du Code pénal et légitimée par la tradition française, de nombreuses lois d’amnistie ayant ainsi été votées depuis le début de la 5ème République, notamment dans le cadre d’activités protestataires.
Un tel geste serait seul en mesure de commencer à rendre au pays l’apaisement qu’il ne saurait retrouver sur fond de persécutions pour l’exemple. « Nous ne reprendrons pas le cours de nos vies », disiez-vous M. le Président, le 10 décembre 2018. Nous ne reprendrons pas le cours de nos vies tant que nos concitoyens n’auront pas pleinement retrouvé la leur.