mercredi 7 janvier 2009

Lèse-majesté. 1849. Napoléon/Proudhon - 2009. Napoléon/Eon

Il y a 200 ans tout rond, le 15 janvier 1809, naissait à Besançon le militant anarchiste Pierre-Joseph Proudhon. Du 7 juin 1849 au 4 juin 1852, Proudhon était incarcéré à la prison Sainte-Pélagie pour délit d’offense au président de la République, Louis-Napoléon Bonaparte.
160 ans plus tard, Napoléon-le-petit règne toujours et ressuscite le crime de lèse-majesté, en sommeil depuis 34 ans (réveillant du coup ce pauvre Victor Hugo dans sa tombe). Seul le tarif a changé. Pour avoir publié dans son journal Le Peuple trois articles virulents contre le prince-président, Proudhon avait pris trois ans de forteresse. Pour Hervé Eon, coupable d’avoir brandi la pancarte "casse-toi pov’con!" lors du passage du carrosse présidentiel, ce sera 30€ avec sursis. Le prince Bling-Bling fait crédit, que cela vous serve de leçon, manant! Le principe, lui, reste le même. C’est pourquoi le manant Eon a fait appel de ce jugement scandaleux. La Cour d’appel d’Angers se prononcera le 3 février 2009 à 14h.
  Du 21 février au 1er mars 2009, les outrageurs outragés se rendront au salon de l’Agriculture pour rendre un vibrant hommage à l’outrageur inconnu*, cet insolent retraité qui osa moucher le prince d’un "Touche-moi pas, tu me salis". Ce qui lui valut en retour le brillant mot d’esprit que l’on sait.
* qui ne va plus le rester très longtemps…

Aucun commentaire: