mardi 5 mai 2009

"Sarkozy, je te vois", c’est pas de l’outrage, mais du tapage diurne (et ça coûte 100 euros!)

LES TRADITIONS SE PERDENT. Témoin en février 2008 d'un contrôle d’identité un peu "viril" à la gare Saint-Charles de Marseille, Patrick, prof de philo, lâche aux policiers: "Sarkozy je te vois, Sarkozy je te vois" ce qui lui vaut d’être poursuivi, non pas pour outrage, mais pour bruit, tapage injurieux diurne troublant la tranquillité d’autrui dans l’enceinte d’un lieu public, délit passible d’une contravention de 3e classe.
Art. R. 623-2 du Code pénal : Les personnes coupables des contraventions prévues au présent article encourent également la peine complémentaire de confiscation de la chose qui a servi ou était destinée à commettre l'infraction. La justice française, qui n’avait pas craint le ridicule en condamnant récemment Hervé Eon à 30 euros d'amende avec sursis pour avoir brandi la pancarte "Casse-toi pov’ con!", vient de requérir une amende de 100 euros.
On saura le 3 juillet si le nom de Sarkozy est considéré comme une injure par la justice.
Lire article sur le site de Maître Eolas. Et sur Rue89. Et le compte-rendu d'audience de L’Humanité.

2 commentaires:

Renaud a dit…

y faut rire, là ?

on est combien déjà en taule ?

combien déjà fichés ADN, et condamné à la RFID ? (juste un peu avant les autres, mais faut attendre, et faire de l'humour ?)

JE NE SUPPORTE PLUS L'IRONIE !

Je nous trouve mous, pas assez solidaires. Et la merde dans laquelle JE suis, et NOUS nous trouvons, en est une preuve INCONTESTABLE.

La fraternité, ça ne s'implore pas à genoux ! Et la R3VOLUTION ne se fera pas qu'avec de l'ironie, c'est l'ironie qui provoque bon nombre de ces malheurs qui nous affligent tous.

Prenons tout ça un peu plus au sérieux, et nous en rirons après, une fois que nous aurons rélgés les problèmes.

FraTERREnellement.
RRR (Ralliement des R3ZISTANTS pour la R3VOLUTION) RadioActiviX alias Renaud Vernhes.
PS: http://take-over-the-world.over-blog.com/pages/NOVUS_ORDO_SECLORUM-1297500.html

outrageur condamné a dit…

Après Yves, Patrick.Décidément, les profs de philo se lâchent!
Bon courage dans cette épreuve.